Dans nouvelles

Au début des années 2000, une nouvelle espèce exotique d’insecte a fait son apparition en Amérique du Nord. Originaire d’Asie, la punaise marbrée, aussi appelée « punaise diabolique » est maintenant aux portes du Québec. Certains spécimens ont même été observés à Montréal.

Face à un envahisseur inconnu, il est légitime d’avoir certaines craintes. Mais faut-il vraiment s’inquiéter de la présence de la punaise diabolique?

Pourquoi est-elle surnommée la « punaise diabolique »

La punaise marbrée est un insecte ravageur extrêmement robuste, qui peut atteindre la taille d’une pièce de 25 cents à l’âge adulte. Elle s’attaque aux grandes cultures, comme le soja et le maïs, ainsi qu’aux arbres fruitiers en se nourrissant des feuilles et des fruits. D’ailleurs, des chercheurs ont été en mesure d’observer que les fruits attaqués ne se développent pas de manière normale, ce qui signifie que des récoltes complètes peuvent être menacées.

Comme elle est originaire d’Asie et qu’elle est arrivée en sol américain sans ses prédateurs naturels, les conditions sont réunies pour qu’elle s’installe pour de bon et puisse se reproduire et envahir de plus en plus de territoires épargnés jusqu’ici.

La présence de cet insecte nuisible au Québec

La punaise diabolique voyage principalement par la route. Pour arriver en Amérique du Nord, elle s’est donc dissimulée dans des cargaisons qui transitaient par bateau ou par avion. Une fois sur place, elle s’est installée à proximité des grands centres urbains, là où elle est en mesure de s’accrocher aux véhicules comme les voitures et les trains, qui lui permettront de coloniser de nouveaux territoires.

Pour l’instant, comme le Québec possède un climat nordique, il est rare d’observer plus d’une dizaine de spécimens à la fois, contrairement à d’autres endroits où elles peuvent se rassembler par millier. Cependant, en raison du réchauffement climatique, le jour où les punaises marbrées pourront se disséminer allègrement et se reproduire de manière exponentielle n’est peut-être pas si loin.

Différente de la punaise de lit

La bonne nouvelle, c’est que contrairement à la punaise de lit, elle ne se nourrit pas de sang humain. Elle s’installe donc à l’intérieur des maisons simplement dans le but de se protéger du froid à l’approche de l’hiver. Toutefois, son apparence plutôt repoussante et l’odeur nauséabonde qu’elle peut dégager la rendent indésirable. Certaines personnes peuvent même souffrir d’irritation du nez et des yeux en raison de cette forte odeur qui lui a d’ailleurs valu le surnom de « stinky bug ».

Les moyens de se prémunir contre les punaises diaboliques

Pour lutter contre un insecte envahisseur aussi résistant, les moyens sont assez limités. En fait, le meilleur moyen d’éviter que des punaises diaboliques n’infestent une résidence est de boucher tous les points d’entrée qu’elles pourraient emprunter pour se faufiler à l’intérieur.

En effet, un calfeutrage visant à rendre une habitation parfaitement hermétique empêchera les punaises de pénétrer et de s’y réfugier à l’automne.

Soyez prêt à résister à l’envahisseur!

En raison de sa propension à envahir les maisons pour se protéger du froid, de son odeur désagréable et des dommages importants qu’elles peuvent causer aux récoltes, la population du Québec devrait donc se méfier de la punaise diabolique.

Si vous souhaitez être protégé contre les infestations de punaises marbrées, mais également d’autres espèces nuisibles, n’hésitez pas à confier ce mandat à Élite Extermination. Spécialisée en gestion parasitaire, cette entreprise priorise des moyens écologiques pour lutter contre les indésirables et vous en débarrasser pour de bon!