Dans nouvelles

La vie trouve toujours son chemin. Les rats aussi. Mais, sont-ils pour autant plus nombreux qu’avant dans les grandes agglomérations de la province? On y jette un coup d’œil.

Rats et grandes villes du Québec : un portrait peu encourageant

La population de la ville de Montréal, la deuxième plus peuplée du Canada derrière Toronto, comptait 1,7 million d’habitants lors du recensement de 2017. Sa population de rats, quant à elle, cumule entre cinq et six millions d’individus, soit une proportion de 3,5 rats par Montréalais. C’est tout dire du problème de prolifération des rats qui sévit dans les villes du Québec. L’an dernier seulement, le service 311 de la municipalité de Montréal, la porte d’entrée des citoyens qui veulent demander ou acheminer de l’information, a reçu environ 900 plaintes liées à l’extermination de ces bestioles.

Expliquer la prolifération de la population des rongeurs nuisibles en milieu urbain

La prolifération des rats dans les villes du Québec n’est pas sans raison. D’abord, les hivers doux des dernières années ont permis aux espèces qui normalement hibernaient d’être plus actives et de proliférer. En effet, les températures basses qui règnent lors d’hivers rudes aident à contrôler les populations de parasites. En revanche, les températures anormalement clémentes des derniers temps ont permis aux rats de proliférer.

Également, la présence de rats dans les grandes villes est accentuée par l’abondance des travaux de chantier. Les rats apparaissent souvent autour des problèmes de drainage et des canalisations d’égout brisées, car ils ont l’habitude de vivre dans les zones souterraines. Lorsqu’une canalisation perce, les travaux d’excavation requis pour la réparation forcent ces parasites à se déplacer et beaucoup d’entre eux rejoignent ainsi la surface. Parfois, ce nouvel habitat est votre demeure. Le fait qu’aucune décontamination ne soit effectuée lors de ces travaux particuliers aggrave la situation.

Les autres facteurs qui favorisent l’éclosion des rats

Les hivers doux et les travaux de chantier sont en partie responsables de la prolifération des rats dans les grandes villes du Québec. Mais, d’autres facteurs favorisent leur éclosion. Parmi ceux-ci, il y a la gestion des rebuts et des déchets en milieu urbain. Les poubelles urbaines sans couvercle sont un bassin de nourriture que les rats adorent. La mauvaise gestion et la lenteur de la collecte de ces matières par les services d’hygiène contribuent également à accentuer la présence de ces mammifères nuisibles.

Éviter d’être en proie à une infestation

Indéniablement, la population de rats est en croissance. À cet effet, que pouvons-nous faire pour éviter d’en être victimes? Premièrement, assurez-vous d’effectuer fréquemment l’entretien ménager de votre habitation. Les rats cherchent constamment de la nourriture. S’ils en perçoivent chez vous, ils chercheront à s’installer dans votre demeure. De plus, évitez d’entasser des cordes de bois à l’intérieur de la maison, car les rats aimeront y loger à l’approche de la saison froide.

Une solution pour contrer la prolifération des rats dans les grandes villes du Québec?

D’une frontière à l’autre, la population de rats prolifère. Bien que les services de gestion des municipalités soient en partie responsables du contrôle de ces parasites, il en demeure à vous de contrôler la population de ces individus dans votre habitation et ses alentours.

Pour obtenir des conseils en lien avec la décontamination et l’extermination des rats, contactez l’expert du domaine : Élite Gestion Parasitaire.